L’alignement des portefeuilles avec l’Accord de Paris nécessite des métriques robustes et une action collective de grande envergure

AXA publie son troisième Rapport Climat, en ligne avec les recommandations de l'article 173 et de la Taskforce on Climate-Related Financial Disclosures (TCFD). TOUTES LES ACTUALITÉS  |  Climat
22 juil. 2019

La science est claire : le climat se réchauffe à un rythme sans précédent et les émissions de carbone en sont la cause principale. Les impacts du changement climatique sont bien documentés et, in fine, la société pourrait être mise à l'épreuve au cours des prochaines décennies. Le défi est de taille, mais AXA a agi tôt en mettant fin aux liens commerciaux et d'investissement avec les industries du charbon et des sables bitumineux, en se fixant un objectif d'investissement vert ambitieux et en soutenant la Taskforce on Climate-Related Financial Disclosures (TCFD).

Mais l'appel de l'Accord de Paris à "rendre les flux financiers cohérents" la transition bas carbone nécessite aussi de comprendre la dynamique climatique de nos investissements. Ce concept - s'efforcer d'aligner les investissements sur la trajectoire "2°C" de l'Accord de Paris - est au cœur du concept de la TCFD.

Ce rapport, qui s'appuie sur nos deux premiers rapports, présente nos efforts les plus avancés dans ce domaine. Il cherche à modéliser à la fois l'impact que les risques climatiques peuvent avoir sur nos investissements (ce que nous avons appelé le "coût du climat", exprimé en termes financiers) et inversement l'impact que nos investissements peuvent avoir sur le climat (ce que nous avons appelé ici le "potentiel de réchauffement", exprimé en température). Cette année, nous avons étendu notre analyse à notre portefeuille obligataire souverain, mesuré davantage de types de risques pour nos actifs corporate, approfondi nos métriques prospectives et fait auditer cette démarche par nos Commissaires aux Comptes.

Qu'avons-nous trouvé ?

Traduire les objectifs climatiques internationaux en mesures financières chiffrées est un exercice nouveau et complexe de modélisation des risques ; certains outils expérimentaux sont disponibles et devront être améliorés avec le temps. Néanmoins, malgré son caractère évolutif, nous pensons que le "potentiel de réchauffement" est une contribution pertinente au débat sur la finance climat, en contribuant à la prise de conscience de la nécessité de prendre en compte les enjeux de transition dans les analyses des risques climatiques.

Notre modélisation actuelle révèle que les investissements d'AXA induisent un réchauffement inférieur à la référence de marché largement utilisée de 3,7°C et aux projections "business as usual" supérieures à 4°C.

4,6°C
Le potentiel de réchauffement
des actifs charbon et sables bitumineux cédés par AXA
3,3°C
Le potentiel de réchauffement
des principaux indices boursiers
2°C
L'objectif de l'Accord de Paris pour 2100 :
limiter la hausse des températures "bien en dessous" de 2°C

Cela signifie que la plupart des investisseurs opèrent dans un environnement qui n'est pas aligné avec l’Accord de Paris, et où les stratégies d'investissement classiques ne peuvent conduire qu'à un monde qui est bien au-dessus de +2°C. Même si les investisseurs soucieux du climat peuvent réorienter de manière proactive certains flux financiers, ils restent largement limités par un contexte industriel plus large qui amène les économies dans un monde à forte intensité carbone.

Nous pensons que l'expérience d'AXA nous permet d'avoir une voix légitime dans le débat sur la finance climat. Nous sommes convaincus que la lutte contre le changement climatique exige un vaste effort de transition que les investisseurs ne peuvent accomplir seuls. Tous les secteurs et toutes les entreprises ont la responsabilité d'évoluer en tenant compte des impacts sociaux et commerciaux, et il incombe aux investisseurs d'identifier et de soutenir, par exemple par l'engagement, les stratégies de transition pertinentes, tout en tenant compte des risques financiers.

Faire cohabiter stabilité financière et durabilité est un défi pour tous les acteurs de marché digne de nos meilleurs efforts. La transition vers une économie bas carbone nécessite que les investisseurs et les entreprises "en transition" travaillent ensemble sur de nouvelles solutions pour atteindre le monde « bien en dessous de +2°C" que la science et la société attendent.

2019 Climate Report

Le 28 novembre 2019, AXA s'est vu décerner par le gouvernement français le "Prix International pour le Reporting Environnemental", qui récompense AXA pour la qualité de son Rapport Climat. AXA a également remporté ce prix lors de la précédente cérémonie, en 2016.

Mots-clés: Climat