Thomas Buberl Directeur Général d'AXA

« J’ai la conviction que nous entrons dans un nouvel âge d’or de l’assurance »

25 avr. 2018

Les besoins de protection augmentent partout dans le monde. Cette année, les cyberattaques ont coûté des milliards d’euros aux entreprises et l’impact du réchauffement climatique est déjà tangible. Les risques émergents d’hier sont aujourd’hui des menaces concrètes.

Dans le même temps, les mutations économiques, technologiques, sociétales, telles que les nouveaux modes de travail issus de l’économie du partage, génèrent des demandes de protection inédites. Les progrès de la médecine font naître de formidables espoirs, mais interrogent aussi sur notre système de protection.

Face à la diversité et à l’ampleur de ces transformations, la solution ne peut être que collective. Le modèle de l’assurance, qui repose sur la mutualisation des risques, est une réponse extraordinairement moderne aux enjeux que rencontre aujourd’hui notre société. Face à certains modèles d’hyper-individualisation, nous développons un système qui favorise au contraire la cohésion sociale. Pour les assureurs, le potentiel de développement est donc immense, à condition que nous sachions nous transformer pour saisir les opportunités de ce nouvel âge d’or, au service de nos clients.

AXA dispose de nombreux atouts. Notre présence mondiale et équilibrée nous permet de bénéficier de synergies importantes et de trouver les meilleurs relais de croissance. Nous sommes dans le top 5 des assureurs sur de nombreux marchés clés ou à fort potentiel. Partout, nous nous appuyons sur la marque AXA, gage de la confiance de nos clients et atout pour notre politique de partenariats. Notre solidité financière, aussi, fait la différence. Grâce à notre plan stratégique Ambition 2020, nous renforçons encore notre compétitivité et réduisons notre exposition à la volatilité des marchés financiers. Cela fait de nous un partenaire solide et durable.

Mais je suis convaincu que nous pouvons – que nous devons – aller encore plus loin pour transformer notre modèle. Aujourd’hui, notre industrie suscite la méfiance chez les consommateurs. Notre raison d’être est pourtant de leur procurer davantage de tranquillité d’esprit et la conviction qu’une vie plus sûre, en meilleure santé, pleine de projets, est à leur portée. C’est une situation paradoxale ! Nous devons renforcer la confiance et la proximité qui nous lient à nos clients et qui sont le fondement de notre métier d’assureur. Pour cela, payer juste et vite est une condition indispensable sur laquelle nous pouvons progresser, mais, plus encore, nous devons dépasser notre rôle de simple « payeur de factures » pour devenir un véritable partenaire de nos clients. Et je suis persuadé que, pour y parvenir, les services sont le nerf de la guerre.

Chaque année, 20 % de nos clients déclarent un sinistre et ils attendent de nous davantage qu’une indemnisation financière. Ils veulent que nous minimisions l’impact de leur sinistre, de leur accident, de leur problème de santé sur leur vie quotidienne. Des services utiles et intelligents peuvent leur apporter cela. Nous avons développé, pour les automobilistes, toute une gamme d’aides allant du prêt d’un véhicule de substitution au choix du meilleur garagiste. Nous renforçons nos offres en santé pour mieux accompagner les patients tout au long de leur parcours de soins.

Mais que faisons-nous pour les 80 % de clients qui ne déclarent pas de sinistre ? Savoir qu’ils peuvent compter sur un bon contrat d’assurance leur apporte bien sûr une certaine tranquillité d’esprit, mais nous pouvons faire davantage. En leur donnant les moyens d’éviter les sinistres, en mettant à leur disposition nos données sur les risques, en développant des outils de prévention. Dans le domaine de la santé, des innovations comme la télémédecine ou l’analyse prédictive peuvent contribuer à anticiper les problèmes de santé ou à les identifier de manière précoce. Nous élargissons ainsi notre rôle et devenons un partenaire innovant sur toute la chaîne de valeur des risques, avant, pendant et après le sinistre.

L’innovation est naturellement un moteur majeur de cette transformation… Nous devons être créatifs pour inventer de nouveaux services pour nos clients, pour développer de nouveaux modèles d’assurance, accompagner les nouvelles mobilités, les progrès de la santé… C’est dans cette optique que nous avons mis en place une direction de l’innovation qui m’est directement rattachée. Nous avons renforcé notre capacité d’acquisition sur des métiers nouveaux à forte valeur ajoutée : 200 millions d’euros seront désormais consacrés chaque année à l’innovation. Notre écosystème d’innovation nous permettra de développer des services complémentaires à nos offres, voire indépendants de nos couvertures d’assurance.

Tout en accélérant sur l’innovation, nous avons décidé de rééquilibrer le mix d’activités d’AXA en identifiant trois segments de croissance prioritaires : la santé, l’assurance dommages entreprises et la prévoyance. Ce sont ceux qui génèrent les interactions les plus fréquentes avec nos clients, qui nous permettent de les accompagner au quotidien. Via ces activités, nous privilégions également les produits d’assurance pure et réduisons notre exposition aux marchés financiers. Le projet d’acquisition du Groupe XL marque une accélération de ce repositionnement stratégique et sera, j’en suis convaincu, source de création de valeur à long terme pour notre Groupe, nos clients et nos actionnaires.

En 2017, nous avons également simplifié et décentralisé notre organisation. Concrètement, nous avons décidé de supprimer deux niveaux hiérarchiques pour qu’un maximum de décisions soient prises dans les entités locales. J’ai en effet la conviction que les moyens et les responsabilités doivent se situer au plus près de nos clients. C’est absolument crucial pour être plus pertinent et plus efficace.

AXA a donc toutes les cartes en main pour s’inscrire pleinement dans ce nouvel âge d’or de l’assurance. Il le fera sans transiger avec les valeurs qui l’animent et ses engagements sociétaux, comme la lutte contre le réchauffement climatique, qui restera au cœur de nos préoccupations dans les années à venir avec des engagements et des investissements significatifs d’ici à 2020. Rien n’est acquis d’avance, bien sûr, mais j’ai confiance dans nos expertises et dans notre capacité collective à ouvrir de nouvelles voies, à offrir à nos clients les moyens de vivre une vie meilleure.

Retrouvez tous les documents relatifs au Rapport Intégré 2017

Mots-clés: Finance & Stratégie