Faire le premier pas contre le tabac

Le 22 mai à Genève, Thomas Buberl a annoncé le désengagement d’AXA de l’industrie du tabac. A l’occasion de la journée mondiale sans tabac, rencontrez le Dr. Bronwyn King, et découvrez pourquoi AXA a fait ce choix. TOUTES LES ACTUALITÉS  |  Engagement
31 mai 2016

« Le tabac tue six millions de personnes chaque année, et coûte plus cher à la société que la guerre et le terrorisme réunis. Et pourtant, il est dans le même temps considéré comme un investissement attractif, offrant des rendements élevés. […] Cela n’est pas cohérent et ne peut plus durer ». Le dimanche 22 mai, Thomas Buberl, Directeur général adjoint et futur Directeur général d’AXA, engageait le Groupe sur la voie du désinvestissement de ses actifs liés à l’industrie du tabac.

Le Dr. Bronwyn King, oncologue australienne à l’origine de l’initiative « Tobacco Free Portfolios » en 2010, a contribué à la réflexion des dirigeants du Groupe sur ce sujet.

Découvrez le témoignage du Dr. Bronwyn King (sous-titres français bientôt disponibles):

En six ans, elle a déjà convaincu près de la moitié des fonds d’investissement australiens de se désengager de l’industrie du tabac, puis s’est ensuite tournée vers le reste du monde. Plusieurs entreprises ont été approchées, mais AXA « est la première compagnie privée à s’engager », déclare-t-elle.

Le Groupe va se désengager des entreprises liées à l’industrie du tabac à hauteur de 1,8 milliards d’euros, en cédant immédiatement les 184 millions d’euros d’actions qu’il détient, en cessant d’investir dans des obligations d’entreprises de l’industrie du tabac, et en réduisant progressivement son portefeuille d’obligations émises par ces mêmes sociétés, dont la valeur s’élève actuellement à environ 1,6 milliard d’euros.

En cette journée mondiale sans tabac, organisée par l’Organisation Mondiale de la Santé, chacun a l’occasion d’agir pour un monde plus sain et plus sûr, tandis que le rôle des assureurs santé évolue : la prévention devient essentielle et les nouvelles technologies sont de plus en plus utilisées.

Le Fonds AXA pour la Recherche soutient des scientifiques dont les recherches incluent les risques liés à la consommation de tabac :

  • Anouk Festjens travaille sur l’influence du marketing sur la prise de risque et quelles réponses la prévention des risques peut apporter, le tabac constituant un champ de recherche important;
  • Nicoletta Balbo étudie la toxicomanie chez l’adolescent. La chercheuse italienne tente de réaliser une étude comparative de l’évaluation et la prévention des facteurs de risques chez l’adolescent ;
  • France Mesle étudie les tendances en matière de mortalité et causes de décès, pour établir une nomenclature des causes de mortalité en fonction de leurs traitements possibles ou de leur relation aux facteurs de risques comme l’alcool ou le tabac ;
  • La chercheuse belge Sabine Langie travaille sur la façon dont l’environnement influence les allergies avant et après la naissance, et notamment les conséquences diverses du tabagisme des parents sur l’état de santé de l’enfant ;
  • Manami Inoue quant à elle cherche à percer le secret de la longévité du Japon. Son analyse de données pour comprendre les dynamiques de longévité ont notamment mis en évidence les effets néfastes du tabac.

En savoir plus

Mots-clés: Engagement