Le bureau de Louis XIV retrouve le Château de Versailles

Après 264 années d’absence, le bureau du roi Louis XIV retourne à Versailles. Cette magnifique pièce d’ébénisterie, jugée démodée et vendue en 1751, rejoint aujourd’hui les collections du Château de Versailles grâce au mécénat d’AXA et de la société des amis de Versailles. TOUTES LES ACTUALITÉS  |  Engagement
22 févr. 2016

C’est une pièce rarissime, une des très rares pièces d’ébénisterie réalisées pour Louis XIV à Versailles. Livré en 1685, ce bureau brisé en chêne, placage d’ébène et palissandre de Rio est l’œuvre d’Alexandre-Jean Oppenordt, ébéniste ordinaire du roi, et de Jean 1er Bérain, dessinateur dont l’exubérance des arabesques est particulièrement reconnaissable.

Il faut croire que ces arabesques n’étaient pas tout à fait au goût de Louis XV, qui fait vendre ce bureau en 1751. On le retrouve en Angleterre au XIXème siècle, dans les collections du baron de Rothschild, transformé en secrétaire à pente.

Une restauration est donc nécessaire pour présenter au public ce meuble prestigieux dans sa forme originale. Un comité scientifique dédié est constitué pour l’occasion, comprenant notamment Daniëlle Kisluk-Grosheide, conservateur en chef des sculptures et des arts décoratifs européens au Metropolitan Museum de New York où est conservé le second bureau, dans son état d’origine du XVIIe siècle.

Après sa restauration, le bureau retrouvera enfin Versailles et sera présenté dans le salon de l’Abondance auprès du cabinet des Médailles, et non loin du Cabinet ou le roi écrit, cabinet privé en arrière de la galerie des Glaces, pour lequel il avait été originellement commandé.

AXA est fier de participer à l’enrichissement des collections de l’Etablissement public de Versailles. Unique entreprise partenaire de l’opération, AXA était accompagné par la Société des Amis du Château de Versailles pour l’acquisition de ce bureau pour le compte de l’Etablissement public de Versailles. C’est une grande satisfaction pour AXA de replacer cette œuvre extraordinaire, parfaite illustration de la production de la fin du XVIIème siècle, dans l’écrin pour laquelle elle était destinée.

Mots-clés: Engagement