Noel Eyres Présentateur de Next Stop

Faire tourner le moteur de l’économie française

Next Stop : France Nés pour protéger
17 sept. 2018

Les petites et moyennes entreprises sont à l’économie française ce que la gastronomie est à sa culture. Noël Eyres, notre reporter maison et présentateur de la série Next Stop, est allé rencontrer une petite entreprise familiale de spécialités gastronomiques à base de volaille, installée dans le Sud-Ouest. Il y a découvert qu’en France, la simplification est la clef du succès pour fournir aux PME les outils et services d’assurance dont elles ont besoin.

La France est aujourd’hui la 7e puissance économique mondiale. Prise de vitesse par l’Inde cet été, elle connaît néanmoins une croissance lente mais stable et se remet progressivement de la crise de 2008. Son économie est majoritairement fondée sur les services, notamment la banque et l’assurance (vous avez peut-être entendu parler du géant de l’assurance AXA), mais aussi le commerce, les transports et l’hôtellerie. Que l’on regarde les chiffres, la proportion de la main-d’œuvre ou la valeur ajoutée qu’elles créent pour l’économie française, les PME sont au cœur du tissu économique du pays.

Les principaux contributeurs à l’économie française

Les PME représentent 85 % des emplois et 57 % de la valeur ajoutée
3%
Secteur primaire
Matières premières
21%
Secteur secondaire
Industrie
76%
Secteur tertiaire
Services

Premiers pas vers mon Next Stop

Pour cet épisode de Next Stop en France, et après avoir discuté avec mes collègues du siège d’AXA France, j’ai donc décidé de me concentrer sur les PME, piliers du secteur des services. Après tout, elles représentent 85 % des emplois et 57 % de la valeur ajoutée de l’économie française.

Ensuite, en cherchant un sujet de reportage et une destination, j’ai opté pour le Périgord, tout simplement parce que c'est une région magnifique, que la gastronomie y est incroyable et qu’il y fait plus beau qu’à Paris. Facile. Bon, la vérité, c’est surtout que j’ai fait la connaissance de Nicolas Pedelucq, un de nos meilleurs agents qui se trouve être basé dans la région, et de fait le meilleur guide qui soit pour chercher un client représentatif des PME françaises. Et encore mieux si, pour l’effet narratif et la fierté nationale, ce client pouvait également être l’ambassadeur d’un des fleurons de la culture française — la gastronomie.

Nicolas m’a suggéré de rencontrer la famille Pélégris. Leur petite entreprise familiale, gérée par David et Emmanuelle (frère et sœur), est installée dans la même ville que Nicolas, dans la vallée de la Dordogne, connue pour sa gastronomie, ses truffes, son vin de Bergerac ou encore son foie gras, entre autres merveilles gustatives.

J’ai passé la première journée à filmer mes « plateaux » (mes séquences face à la caméra) et à tourner dans Paris. Il a plu la plupart du temps et j’avais hâte de quitter la capitale pour le Sud et ses cieux plus cléments.

Pérégrinations (et partenariats) dans le Périgord

Survoler la Dordogne est un excellent moyen de prendre la mesure de toute sa beauté. La vue sur ses collines boisées et ses petits villages pittoresques, bercés de la douce lumière du soleil couchant était merveilleuse. Avec ma petite équipe de tournage — Pélagie, ma réalisatrice et Albin, mon caméraman —, nous avons sauté dans notre voiture de location et pris la route de Sarlat, une charmante petite cité médiévale qui n’a guère changé depuis le XVe siècle, et sommes descendus dans un hôtel du centre. Malgré notre arrivée tardive, le personnel de l’hôtel, bien qu’en sous-effectif, a été très serviable. Le lendemain, équipés de nos caméras, de nos ordinateurs, et de notre matériel audio, nous nous sommes rendus dans le centre de la ville pour nous imprégner de son atmosphère. Une chance, c’était jour de marché.

Merveille médiévale

Sarlat est une ville médiévale vraiment magnifique, idéale pour filmer ou faire des photos. D’ailleurs, son centre historique resté intact a servi de cadre à de nombreux films. Nous nous sommes nous aussi régulièrement interrompus dans notre promenade de repérage pour admirer les jolies petites rues et les magnifiques maisons centenaires, ou pour goûter des produits locaux sur les étals du marché.

Nous avons retrouvé Nicolas, notre contact sur place, dans un café près de la mairie, sur la grand-place, pour parler des deux jours de tournage à venir. C’était notre première rencontre, et après une cordiale poignée de main avec cet homme de stature – dans tous les sens du terme –, nous nous sommes installés pour prendre un expresso. Entre deux salutations à des amis ou des clients, tutoiement et accent du Sud de rigueur, Nicolas est revenu sur ce qui l’a amené dans la région, et pourquoi il pense que la famille Pélégris est un excellent exemple de PME cliente. Ils se connaissent depuis de nombreuses années et Nicolas, très disponible et toujours présent, a assuré non seulement leur entreprise et leurs employés, mais leur a aussi vendu leur police d’assurance IARD et leur complémentaire santé. Une relation professionnelle amicale s’est établie entre eux au fil des années. Je cite là ses propres mots, mais lorsque j’ai rencontré la famille Pélégris, j’ai pu constater qu’il disait vrai.

Avec Nicolas : Notre Agent à Sarlat-la-Caneda

Dur labeur et patrimoine

David, à la tête de la moitié de cette entreprise familiale, n’a pas tardé à nous rejoindre après avoir fait le tour du centre-ville pour préparer la saison touristique. L’été est l’une des deux périodes les plus chargées de l’année, et les prochaines semaines sont primordiales pour leur entreprise.

Une fois nos cafés terminés et les plaisanteries échangés avec notre serveur, Nicolas m’a conduit de l’autre côté de la place pour me présenter le père de David et fondateur de l’entreprise, Claudy Pélégris, dans la boutique familiale.

La facade de la Maison Pélégris, dans les rues de Sarlat.
En pleine discussion sur l'histoire de la famille Pélégris avec Claudy, fondateur de l'entreprise.

« Cordial » est probablement l’adjectif qui qualifie le mieux cet homme intelligent et sympathique. Il m’a pris par le bras et fait entrer dans sa boutique, sur la porte de laquelle on pouvait lire « Maison fondée en 1890 », et m’a emmené jusqu’à un coin plus calme pour me raconter l’histoire de l’entreprise familiale.

3,4 millions
Nombre d'entreprises en France

10 salariés
95% d'entre elles ont moins de

La date, qu’il m’a montrée le regard pétillant, est celle de la naissance de sa grand-mère. Elle vendait des oies sur le marché, avec sa mère, presque depuis qu’elle était en âge de marcher. Bien plus tard, grand-mère Pélégris s’est associée à son petit-fils Claudy pour monter cette entreprise. Après sa mort, Claudy en est devenu propriétaire, et a racheté la maison où nous nous trouvons. Il a commencé à proposer une gamme plus large de spécialités du terroir à base de volaille. Ses deux enfants, David et Emmanuelle, avaient grandi avec l’entreprise et ont naturellement prêté main-forte à leur père une fois devenus adultes. Ils ont ensuite construit une usine à la campagne pour contrôler la qualité de leurs produits, et ouvert une boutique dans une ville voisine. Il y a quelques années, Claudy a décidé que le moment était venu de prendre sa retraite et ses enfants ont repris l’affaire — sur le papier, du moins, car sa fille Emmanuelle, la seconde moitié du duo, me dit que Claudy continue à veiller au grain. Chassez le naturel, il revient au galop.

Leur activité en elle-même, m’explique David, est très saisonnière : en été, avec l’arrivée de touristes français et étrangers (la France est la première destination touristique au monde après tout, et la région accueille près de trois millions de visiteurs par an), et le foie gras figure parmi les mets particulièrement appréciés lors des repas de fête de Noël.

Il leur faut donc de la souplesse dans la gestion des besoins en main-d’œuvre, qui fluctuent avec les saisons. 

C’est là le travail d’Emmanuelle, la gérante. Je l’ai rencontrée dans son bureau, dans les locaux de l’usine. L’outil qu’elle utilise pour gérer ses besoins en assurance est le site web AXA.fr. C’est une sorte de guichet unique, sur lequel elle peut ajouter de nouveaux employés en un clic et leur choisir une assurance, changer ou modifier la police d’assurance de l’entreprise, enfin, presque tout ce dont l’entreprise a besoin pour son bon fonctionnement. « Dans une petite entreprise, on est obligé d’être un peu au four et au moulin. Cet outil, je peux l’utiliser quand j’en ai le temps et très rapidement », explique Emmanuelle. Tout ce qui sort de l’ordinaire est géré par Nicolas, qui se rend toujours disponible.

David Pélégris et moi dans l’usine immaculée

Agent de changement polyvalent

Et Nicolas a une bonne compréhension des besoins de l’entreprise. Cela fait près de 15 ans qu’il suit les Pélégris, et a d’abord assuré leur entreprise : les bâtiments, la responsabilité, la mutuelle des employés, la flotte de véhicules… jusqu’aux membres de la famille et leurs biens.

Selon Nicolas, avec les avancées technologiques, les clients comme Emmanuelle veulent pouvoir gérer les choses directement, rapidement et en ligne grâce aux outils mis à leur disposition par AXA France.

Cela a évidemment eu des conséquences sur sa façon de travailler : « Même si on a délégué de plus en plus d’actes que les chefs d’entreprise peuvent faire eux-mêmes », explique Nicolas, « ils ont toujours besoin d’un spécialiste à leurs côtés pour les conseiller et les aider pour tout ce qui sort du cadre normal dans un environnement très complexe. »

Cette combinaison de simplicité technologique et de disponibilité pour conseiller et proposer des solutions sur tout ce qui sort de l’ordinaire a fait évoluer le travail du conseiller en assurance : « Nous devenons effectivement des experts multi-spécialistes. Aujourd’hui, lorsqu’on travaille avec une entreprise, que ce soit de l’assurance dommage, de la complémentaire santé, des collectives, des garanties, tout ce dont un chef d’entreprise peut avoir besoin, chez AXA, nous pouvons le leur fournir. Nous avons des produits qui répondent à chacun de leurs besoins. »

Voilà donc la solution : la simplicité d’accès et d’utilisation, doublée de la disponibilité d’un spécialiste polyvalent. La bonne combinaison pour une PME dynamique.

Que l’entreprise Pélégris, comme tant d’autres PME françaises, puisse gérer son activité avec succès et continuer à fabriquer des produits de qualité — et avec cinq générations de savoir-faire et d’expérience, la société Pélégris est sans aucun doute un fier porte-étendard de la tradition gastronomique française — ne peut qu’être une bonne chose pour l’économie du pays.

Sachant cela, je pouvais à nouveau rentrer à Paris et commencer à écrire, avec Pélagie dans la salle de montage, pour mettre cette histoire en ligne. J’attends maintenant avec impatience ma prochaine réunion de famille pour partager avec eux les délicieuses spécialités que j’ai rapportées du Périgord.

Regardez le dernier épisode de Next Stop :

Mots-clés: Nés pour protéger