Thibaut Loilier AXA Lab San Francisco

Au CES 2018, les nouvelles technologies réinventent l’industrie de la santé

L'assurance de demain
25 janv. 2018

Cette année, la santé et le bien-être ont compté parmi les thèmes majeurs du CES de Las Vegas. Thibaut Loilier, notre journaliste innovation en charge du Business Development à l’AXA Lab (San Francisco), nous parle de la manière dont les leaders de la tech sont en train de transformer les services de santé.

à lire aussi
A la recherche de l’innovation au CES 2017
découvrir

L’innovation en matière de santé digitale s’est développée, ces dernières années, à un rythme étonnant : 2017 a vu exploser les investissements dans les entreprises de santé digitales pour atteindre près de 6 milliards de dollars aux Etats-Unis et un record de 345 transactions, selon Rock Health. StartUp Health, qui analyse le financement de la santé digitale dans le monde entier, rapporte que 11,5 milliards de dollars de fonds ont été apportés en 2017, soit 3,3 milliards de plus que l’année précédente.

Les technologies intelligentes, des services de self-care* ou de bien-être jusqu’aux dispositifs réservés aux personnes âgées, sont en train de redéfinir toute l’industrie de la santé. En voici quelques exemples, dévoilées lors du CES.

La place croissante de la technologie dans les domaines du bien-être et du self-care

Les innovations liées au bien-être et au self-care sont de plus en plus visibles au CES. Le concept de self-care ne cesse de se propager à mesure de l’intérêt que nous portons à notre propre santé et à notre confort de vie.

à lire aussi
AXA Strategic Ventures investit dans la santé en ligne
découvrir

En 2016, AXA Strategic Ventures annonçait son investissement dans Medlanes, une start-up de santé digitale qui propose un service médical innovant : à partir d’une simple photographie et de la description des symptômes, Medlanes est capable de fournir rapidement un premier diagnostic médical, suivi d’une consultation auprès d’un spécialiste compétent.

Les services relatifs au self-care se développent de façon exponentielle depuis que la technologie est en mesure d’offrir des dispositifs qui visualisent et contrôlent l’état de santé du patient. Dans de nombreux domaines, des entreprises élaborent des technologies portatives dans le but d’améliorer le self-care.

Lors du CES 2018, L’Oréal a présenté un minuscule capteur d’UV portatif, le UV Sense, qui fonctionne sans piles. Il s’adapte sur l’ongle du pouce, qui est, selon L’Oréal, la partie du corps la plus exposée au soleil. En mesurant cette exposition, le UV Sense permet de prendre conscience des risques liés au soleil et, de ce fait, de réduire les risques de cancer de la peau.

Le CES 2018, au cours duquel plus de 3900 entreprises venues de plus de 40 pays ont exposé leurs nouveaux produits, a permis à de nombreuses marques de dévoiler les technologies qu’elles ont élaborées pour analyser, diagnostiquer et traiter, de façon proactive, les troubles du sommeil.

Selon un rapport du CDC datant de 2016, un adulte américain sur trois ne dort pas suffisamment, ce qui l’expose à un risque d’obésité, de maladies cardiaques et d’autres pathologies. Dans les faits, ce marché global des aides au sommeil est devenu un secteur explosif de la technologie, et devrait atteindre 76,7 milliards de dollars en 2019 (source : BCC Research). Cette année, un nouvel espace d’exposition était exclusivement dédié, au sein du CES, aux technologies liées au sommeil.

AXA rachète Maestro Health

Le Groupe a annoncé le rachat de Maestro Health, une société américaine de gestion des couvertures de santé 100% digitale, pour 127 millions d’euros. Maestro Health offre une solution aux entreprises auto-assurée voulant simplifier et personnaliser la coordination des soins de santé pour leurs employés. Fondée en 2013, la société basée à Chicago emploie plus de 300 personnes, cible les moyennes et grandes entreprises sur tout le territoire américain et couvre actuellement plus d’un million de personnes. Cliquez ici pour en savoir plus.

Kinga Igloi, chercheuse hongroise soutenue par le Fonds de Recherches d’AXA, a observé des tendances similaires. A l’université de Genève, en Suisse, elle étudie le rôle du sommeil dans le renforcement de la mémoire. Les résultats de ses recherches ont prouvé qu’il est crucial de bien dormir pour améliorer sa mémoire, mais aussi pour réduire le stress et les risques de maladies cardio-vasculaires.

Le SmartSleep, un nouveau bandeau frontal dévoilé par Philips au cours du CES 2018, utilise des capteurs intégrés qui, au contact du front, détectent l’activité cérébrale. Lorsqu’une phase de sommeil profond est identifiée, les haut-parleurs intégrés au bandeau se mettent à diffuser des tonalités personnalisées qui renforcent la profondeur et la durée du sommeil à ondes lentes. Nokia, de son côté, a présenté au CES le Nokia Sleep, décrit comme un « capteur perfectionné » intégré au matelas. Ces capteurs wifi intelligents surveillent les rythmes de sommeil et repèrent les phases de ronflement. Nokia a également élaboré des programmes personnalisés qui permettent d’acquérir une meilleure qualité de vie grâce au sommeil.

Philips Smart Sleep
Nokia Sleep

Le manque de sommeil dans la population active américaine représente un coût annuel d’environ 411 milliards de dollars et une perte de 1,2 millions de journées de travail effectif par an (source : Rand). Un nombre croissant d’entreprises se sont mises à développer des programmes permettant de dormir plus, et mieux. Par exemple, Shleep a mis au point une application qui fonctionne comme un « coach de sommeil » personnalisé, en fournissant une formation digitale, une évaluation personnalisée et une rééducation au sommeil.

L’émergence de la haute-technologie destinée aux personnes âgées.

Aujourd’hui, 8,5% de la population mondiale, soit 617 millions de personnes, sont âgés de plus de 65 ans. D’après un rapport du Bureau américain de recensement (« Un Monde vieillissant : 2015 »), ce pourcentage devrait atteindre 17% d’ici 2050, soit 1,6 milliard d’individus. Le nombre de personnes âgées continuant d’augmenter à un rythme sans précédent, une large gamme de produits qui leur sont spécialement destinés a été présentée lors du CES 2018, allant de la ceinture airbag pour prévenir les chutes, jusqu’aux robots compagnons.

Les chutes provoquent souvent des blessures au niveau de la tête ou des hanches, qui peuvent entraîner, à long terme, des complications et une perte d’autonomie. De nombreuses innovations technologiques présentées au CES ont été conçues pour jouer un rôle majeur dans la prévention des chutes. La start-up E-Vone travaille actuellement sur une chaussure intelligente intégrant un GPS, un système de détection des chutes et un système d’alerte. Elle peut déceler les chutes et les mouvements anormaux, et envoyer automatiquement un message d’alerte à l’entourage de la victime (famille, amis, voisins, urgences médicales…) incluant sa géolocalisation.

Une autre start-up est en train de mettre au point un dispositif portatif, le Hip’Air, constitué d’airbags dissimulés de chaque côté d’une ceinture spéciale. Il est capable de détecter une chute en 0,2 secondes, et les airbags situés au niveau des hanches se gonflent en 0,8 secondes. Ce produit répond à une demande qu’il faut prendre au sérieux : en France, chaque année, 65 000 personnes subissent une fracture de la hanche ; 23% des personnes de plus de 55 ans décéderont dans l’année suivant cette fracture et environ 50% perdront leur autonomie (source : site internet Hip’Air). Rapportés à l’inflation, les coûts médicaux directs liés aux blessures engendrées par des chutes avoisinent aux Etats-Unis 31 milliards de dollars par an, dont deux tiers de frais d’hospitalisation.

Les airbags connectés de Hip'Air
La lampe intelligente d'Aladin

Il est important de noter que les risques de chutes sont souvent plus élevés la nuit : les personnes trébuchent en mettant leurs pantoufles, ne trouvent pas l’interrupteur, sont éblouies par la lumière… Une start-up française, Aladin, a conçu une lampe intelligente fixée au mur qui, à l’aide des nombreux détecteurs de mouvements qu’elle contient, éclaire le chemin lorsqu’on se lève au milieu de la nuit. En cas de chute, Aladin envoie aux proches un message d’alerte.

à lire aussi
AXA au Japon : à la pointe de la technologie pour les personnes âgées
découvrir

Il est important de noter que les risques de chutes sont souvent plus élevés la nuit : les personnes trébuchent en mettant leurs pantoufles, ne trouvent pas l’interrupteur, sont éblouies par la lumière… Une start-up française, Aladin, a conçu une lampe intelligente fixée au mur qui, à l’aide des nombreux détecteurs de mouvements qu’elle contient, éclaire le chemin lorsqu’on se lève au milieu de la nuit. En cas de chute, Aladin envoie aux proches un message d’alerte.

Ces prochaines années, bien d’autres innovations devraient apparaître dans ce domaine : le marché des systèmes de détection des chutes représentera 497,3 millions de dollars d’ici 2022, le taux de croissance annuel moyen attendu entre 2017 et 2022 étant de 5,58% (source : Markets and markets).

Utiliser la réalité virtuelle et la réalité augmentée dans la formation médicale

Beaucoup d’entre nous pensent que ces technologies sont essentiellement utilisées dans le domaine des jeux vidéo et du divertissement, alors que la réalité virtuelle et la réalité augmentée pourraient s’avérer très utiles pour l’industrie médicale.

En médecine, la simulation et l’entraînement représentent une part très importante des opérations médicales, en particulier en chirurgie. Lors du CES, plusieurs entreprises ont présenté des systèmes permettant de préparer les chirurgiens avant une intervention et d’améliorer leurs compétences chirurgicales en dehors de la salle d’opération. La start-up INCISION, par exemple, a mis au point un programme de formation en ligne destiné aux chirurgiens, restituant pas à pas une intervention médicale ; grâce à des techniques stéréoscopiques en 3D, INCISION permet de restituer en ligne un contexte très réaliste dans lequel les chirurgiens peuvent se former, s’entraîner et évaluer leurs gestes chirurgicaux et leurs connaissances en anatomie.

AXA s’associe avec Oscar

Oscar Health est l’un des leaders mondiaux de l’InsurTech. Créée en 2013 à New York, L’entreprise vend maintenant des polices d’assurance dans 6 Etats américains et vise 1 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2018. En janvier 2018, AXA est devenu le réassureur exclusif de Oscar. Un partenariat gagnant-gagnant permettant à AXA de consolider sa présence sur le marché de l'Insurtech aux Etats-Unis, et à Oscar de "développer une croissance efficiente et de long-terme". Cliquez ici pour en savoir plus.

Grâce au système d’entraînement efficace, flexible et concret qu’ils fournissent, les programmes de simulation aident les chirurgiens à faire face aux défis de la médecine moderne. Une entreprise française baptisée SimforHealth a par exemple conçu des dispositifs immersifs de RV destinés à la formation médicale. SimforHealth reproduit virtuellement les contextes de soin de différents patients afin que les professionnels de santé puissent s’exercer en conditions presque réelles. La simulation digitale permet aux étudiants en médecine ou aux médecins diplômés de pratiquer virtuellement des gestes médicaux, de débattre sur une décision médicale ou d’anticiper des situations complexes.

La modélisation en 3D et les outils de simulation ont ouvert la porte à un nouvel âge des soins médicaux. Les avancées technologiques récentes permettent à présent aux médecins d’élaborer un programme de soins pour un patient qui se trouve à l’autre bout du monde, ou de tester un médicament sans prendre de risques.

Au cours du CES, Dassault Systems a dévoilé un programme nommé « Living Heart Project », qui vise à construire des prototypes en 3D de vrais cœurs défectueux que les équipes médicales pourront visualiser sur un écran 3D. La simulation holographique est désormais à la portée du personnel médical qui pourra, dès lors, discuter de la manière de mener une opération en observant le modèle en 3D.

L'expérience de Réalité Augmentée de SimforHealth
Le "Livin Heart Project" de Dassault Systems

Les technologies de réalité augmentée, en donnant accès à des interfaces holographiques « mains-libres » intelligentes et intuitives, permettent au personnel médical de concentrer son énergie et son attention sur l’essentiel : le patient. Par exemple, Nomadeec a présenté au CES une nouvelle génération de plateformes mobiles de télémédecine destinées aux professionnels de santé. Grâce à des lunettes de réalité augmentée, le technicien médical (EMT) peut travailler à l’appui d’informations de réalité mixte accessibles partout et tout le temps. Sa vision du « monde réel » est augmentée par les données médicales numérisées de son patient. Le domaine paramédical a lui aussi accès, sur place, à la télé-expertise et aux téléconsultations auprès de médecins en utilisant la vidéo-conférence en temps réel. Les spécialistes peuvent donner leurs instructions aux personnels paramédicaux via le chat vidéo ou les marqueurs holographiques.

Véhicules connectés et voitures sans chauffeur : une opportunité d’améliorer le domaine des soins médicaux ?

Avec le marché de la santé connectée, l’automobile a cette année encore été l’une des plus fortes tendances du CES 2018. La voiture du futur ne se contentera pas de nous emmener du point A au point B : elle fournira une toute nouvelle gamme de services pour améliorer notre voyage. L’émergence des véhicules autonomes transformera le conducteur en voyageur : il passera moins de temps concentré sur sa conduite, ce qui permettra d’utiliser la voiture de façon radicalement différente. Les voitures remplaceront-elles les cabinets médicaux ? Cela pourrait être le cas plus tôt que prévu.

Les Américains passent plus de 160 millions d’heures au volant, ce qui représente 47 minutes par jour et par personne (source : Washington Post). Plusieurs fabricants de technologies médicales développent des systèmes qui permettront d’utiliser ce « temps perdu » à des fins médicales, en tirant parti des progrès récents dans le domaine des capteurs médicaux et de la connectivité.

Grâce au nombre croissant de capteurs collectant les données à l’intérieur et à l’extérieur du véhicule, les voitures pourront bientôt surveiller notre état de santé :

  • Ford équipe déjà ses voitures d’essai avec des caméras et des capteurs permettant de mesurer à distance les signaux vitaux et de comprendre les situations spécifiques (en particulier si le conducteur est en train de s’endormir) ;
  • Valeo a fait la démonstration de plusieurs systèmes de surveillance médicale. Par l’intermédiaire de capteurs placés dans le siège et de caméras, les informations relatives au rythme cardiaque, à la respiration et aux expressions du visage sont exploitées afin de mesurer les niveaux de stress, d’anxiété et de vigilance, et ainsi d’assurer la sécurité du conducteur ;
  • En partenariat avec Accenture, Faurecia développe des applications capables d’améliorer la santé et le bien-être à l’intérieur de l’habitacle. Grâce à des capteurs médicaux (pression sanguine, température corporelle, etc.), le véhicule peut savoir comment se sent le conducteur et comment il réagit. En utilisant ces données, il modifie automatiquement la position du siège, réalise un massage, ou change la musique.
Les données relevées par les capteurs placés dans les sièges de Valeo
Keynote speech de James Hackett, PDG de Ford

La plupart des fabricants automobiles ont déjà équipé leurs véhicules de connections internet. Par exemple, le P-DG de Ford a annoncé cette année, lors du CES, que chaque nouvelle Ford sera connectée à internet d’ici 2019. Les véhicules connectés pourraient faire de la médecine embarquée une réalité : dans le futur, nous pourrons choisir si nous voulons écouter de la musique, être prévenu de l’état du trafic routier ou des conditions météo, ou bien suivre un chat vidéo de haute qualité avec un médecin, confortablement installé dans notre voiture… ou tout cela en même temps !

Une chose est sûre : la voiture du futur représente un tout nouveau terrain que les acteurs de la santé médicale aussi bien que les autres fournisseurs de services peuvent d’ores et déjà investir afin d’offrir les meilleures prestations aux conducteurs de demain.

* Le selfcare est un terme anglais qui correspond à la fois à un mode de vie incluant différentes composantes comme la prévention, l’hygiène alimentaire ou encore l’éducation physique, et à une catégorie de produits vendus en officine et disponibles sans prescription (source : Afipa).
Mots-clés: L'assurance de demain