Philippe Derieux AXA Global Re

Back to basics : la réassurance, une " super-assurance " ?

Nés pour protéger
28 févr. 2018

Ils sont, en quelque sorte, les super héros de l'assurance, ceux sur qui l'on peut compter en cas de catastrophe. Leur nom : les réassureurs. Leur mission : assurer vos assureurs.

Ainsi, lorsque les dommages sont très lourds, comme par exemple lors d'un tremblement de terre, l'assureur peut se tourner vers son réassureur et éviter de mettre son activité en péril. Regardez ce film pour mieux comprendre :

Le réassureur est donc là pour garantir aux assurés qu’ils seront indemnisés quelque-soit l’ampleur du dégât supporté. Les catastrophes naturelles sont une source de risque majeure puisqu’elles menacent un nombre très important de foyers, et dans un temps très court. En cas de catastrophe, l’assureur a alors des centaines de millions – voire des milliards - d’euros à rembourser. Il pourrait ne pas disposer de suffisamment de capital pour dédommager tous ses clients.

 Pour se protéger, l’assureur va donc souscrire lui-même à une assurance, en échange d’une prime qu’il versera à un réassureur. Ainsi, en cas de sinistre, le réassureur indemnisera l’assureur qui pourra lui-même indemniser les assurés. À noter toutefois que l’assuré n’a jamais affaire au réassureur puisqu’il n’a aucun lien juridique avec lui.

à lire aussi
Assurance : Back to basics ! Solvabilité 2, une réforme qui vous veut du bien
découvrir

Au-delà du risque de faillite, le système de la réassurance a plusieurs vertus pour le réassureur. Elle lui évite d'abord un chiffre d'affaires trop instable en fonction des années et des régions du monde où il est implanté. Elle lui permet également de limiter ses besoins en capitaux propres. La réassurance assure une certaine stabilité financière du secteur mondial de l'assurance.

Si, par exemple, le système de la réassurance n'avait pas existé après les événements du World Trade Center, on aurait pu imaginer l'effondrement du système d'assurance américain, ne disposant pas des fonds nécessaires pour répondre à ses engagements. En effet, rien que pour dédommager le propriétaire des deux tours, il a fallu débourser 4 milliards de dollars. À cela s'ajoutent 7 milliards de dollars pour indemniser les familles des victimes et encore quelques milliards de dollars pour les compagnies d'assurance d'American Airlines et United Airlines, les différentes entreprises qui louaient leurs bureaux dans les Twin Towers, les commerces alentours, etc.

Aujourd'hui, du fait des grandes interdépendances de l'économie mondialisée, l'immense majorité des sociétés d'assurance est aujourd'hui réassurée. Ainsi, quand un sinistre se produit dans un pays, des centaines d'entreprises d'assurance du monde entier sont mises à contribution pour rembourser les dégâts : lorsqu'un tremblement de terre se produit au Japon par exemple, les assureurs japonais ne sont pas les seuls mis à contribution, ils sont aidés par des compagnies d'assurance et de réassurance aux quatre coins du globe.

Comment les réassureurs font-ils pour faire eux-mêmes face à ces aléas financiers gigantesques ?

Ils font en sorte de diversifier au maximum leur portefeuille de risques, pour éviter d'être mis en danger par les mêmes évènements. Ils peuvent diversifier le risque en étant présent sur plusieurs continents, pour éviter de subir trop brutalement un évènement local, ou en assurant des entreprises de secteurs variés, pour être capable de traverser des crises de secteurs d'activités. Ils se basent sur des calculs complexes pour définir des niveaux d'acceptation du risque en fonction de ces critères, et de très nombreux autres.

Pour garantir à ses clients d'être protégés en toute circonstance, AXA a été jusqu'à créer sa propre structure interne de réassurance. Elle permet au Groupe AXA de mutualiser l'ensemble des risques gérés par les entités locales d'AXA. Sachant qu'AXA est présent dans 65 pays, avec des structures locales aux activités diverses (assurance dommage, vie ou santé), c'est un outil essentiel permettant de diversifier au mieux les risques, de façon géographique et sectorielle.

Cette structure réunit les meilleurs experts, ingénieurs et data scientists spécialisés dans l'analyse de tous les types de risques (météorologie, sismologie, cyber, etc.). L'objectif : développer une expertise très pointue permettant de modéliser et anticiper les risques de grande envergure.

C'est aussi grâce à ces expertises qu'AXA peut prendre le risque d'assurer des projets majeurs, comme la construction de fusées ou l'envoi de satellites dans l'espace. Des réalisations essentielles, qui n'auraient jamais pu voir le jour sans le système de la réassurance.

Mots-clés: Nés pour protéger