Will Moore Gagnant du concours AXA Great Global Adventure

Un stage hors des sentiers battus

Will Moore est le tout premier gagnant du concours AXA Great Global Adventure. Son prix ? Un tour du monde exceptionnel, où travail se conjugue avec plaisir. Nous l’avons appelé à Hong Kong pour savoir comment il va et ce qu’il fait. TOUS LES ARTICLES  |  Innovation
4 avr. 2016

Le visage souriant de Will Moore rayonne à travers l’écran de la vidéo-conférence. Le jour se lève à peine en Europe mais il est déjà 16h30 à Hong Kong, et son plaisir d’être à l’étranger ne fait aucun doute.

Originaire du Royaume-Uni, il est le tout premier gagnant du concours AXA Great Global Adventure, une compétition entre jeunes diplômés pour gagner un tour du monde incluant deux stages dans les bureaux AXA de différentes villes, des déplacements dans des destinations exotiques, des opportunités de bénévolat, et plus encore. La Great Global Adventure en est à sa deuxième édition (voir encadré), et son succès est retentissant.

Dans la droite ligne des efforts continus d'AXA pour attirer de jeunes talents exceptionnels dans un monde de plus en plus connecté, la Great Global Adventure a conduit Will de Londres à Hong Kong, à travers les plaines de Sibérie,sur la Grande Muraille de Chine, en passant par la Mongolie, Pékin et plus encore.

Will sur la Grande Muraille de Chine
Will en Sibérie

De l’enthousiasme à revendre

J’ai pu parler à Will quelques jours avant le Nouvel An chinois, pour qu’il nous en dise plus sur son quotidien hors du commun de premier Great Global Adventurer.

Comment vous sentiez-vous au début du voyage, au moment d’embarquer de Londres pour Hong-Kong ?

« C’était très excitant. Avoir passé toutes les épreuves du concours – avec sa série d’entretiens et de présentations, être parmi les quatre finalistes - et finalement avoir gagné, ça été une formidable concrétisation. Cependant, je crois que j’ai vraiment compris ce qu'il m’arrivait une fois dans l’avion : j’étais parti. J’avais un vol de 14 heures devant moi, un décalage horaire de 8 heures par rapport au Royaume-Uni, et je me demandais comment on allait tenir 14 heures dans le siège, moi et mon mètre quatre-vingt-dix. Mais c’était une super sensation… J’étais grisé par l’avenir. »

Où êtes-vous allé en premier ?

« En quittant Londres, j’ai passé quelques jours à Hong Kong avant de partir 16 jours en Chine. Je suis passé de Hong Kong à Shenzhen, puis j’ai pris le train pour Yangshuo ; j’ai vu des pandas à Chengdu, pédalé le long des murs de la vieille ville de Xi’An et vu les guerriers en terre cuite. J’ai aussi fait du radeau en bambou à Yangshuo sur la rivière Li, entouré de montagnes verdoyantes... »

Le grand voyage de Will à travers l'Asie.
Des tours de Hong-Kong...
... aux étendues Mongols.

Comment se déroule votre séjour jusqu’à maintenant, si on le compare à vos attentes du premier jour ?

« Quand j’ai gagné, j’étais complètement sous le choc. C’était comme un rêve éveillé. D’ailleurs, je crois que je me suis pincé pour vérifier que tout était bien vrai. Je me suis retourné et j’ai vu toute ma famille qui était là; je n'arrivais pas à y croire, c’était magique. Jusqu’à présent le voyage se passe à merveille; j’ai pu rayer certaines destinations phares de ma liste de voyage idéale : des endroits comme le lac Baïkal, le lac d’eau douce le plus grand et plus profond du monde, j’ai même pu y boire... C’était grandiose. J’ai vu le coucher de soleil sur la Grande Muraille de Chine, c’était à couper le souffle, et j’ai pris le thé avec un nomade en Mongolie. Ces expériences sont tellement exceptionnelles, je pense que je m’en souviendrai toute ma vie. »

Super voyage ou Superman ?

Impressionné par tout ce qu’il a déjà fait et vu – alors qu’il n’en est pour l’instant qu’à la moitié de son voyage, je demande à Will en plaisantant s'il envisage d’incarner Superman dans une future superproduction. Il rit et, sans se démonter, m’explique qu’en plus d’effectuer son stage, il filme et poste en vidéo-blogging toutes ses aventures sur la page YouTube d’AXA et Discover AXA. Oui, il semble bien que Superman est un surnom qui lui va comme un gant.

Que pourriez-vous nous dire sur le temps passé avec vos collègues de Hong Kong ?

« Le stage à Hong Kong a été super. Dès le premier jour au bureau, l’atmosphère était très chaleureuse et ouverte. Tout le monde m’a accueilli, m’a présenté à d’autres diplômés ainsi qu’aux membres du Comité Exécutif. J’ai eu de la chance d’avoir une telle opportunité ; ils encouragent vraiment les esprits curieux... Ils m’ont proposé de tourner dans différentes équipes pour que je puisse apprendre le plus de choses possibles sur la gestion des investissements. C’est exactement l’intérêt d’un stage : essayer de comprendre quel rôle vous convient le mieux. J’en ressors avec d’excellents contacts, avec des collègues à l’échelle internationale, mais aussi avec des amis. »

Will et son équipe hong-kongaise - Une vue de la ville
Avec Simon Lopez COO Asie-Pacifique - Will fête le nouvel an chinois

Comment vous êtes-vous senti lors de la préparation de votre présentation pour l’Université de Tsinghua, Pékin ?

« J’étais très motivé, surtout parce que Mark Zuckerberg y était deux semaines avant. Il a fait toute sa présentation en mandarin, donc c’était assez intimidant pour moi. J’ai réussi à glisser quelques mots en mandarin quand je me suis présenté, « Bonjour » et « Merci de votre écoute ». Ça c’est vraiment un objectif pour le futur : réussir à faire toute une présentation en mandarin... Je crois dur comme fer dans la nécessité de préparer et de planifier les choses à l’avance... Je suis en liaison avec les équipes de Paris et de Londres qui travaillent sur la Great Global Adventure, et elles m’ont fourni quelques visuels, donc j’avais vraiment de bonnes diapositives à montrer.

La vie chez AXA.

Dans le cadre de la Great Global Adventure, Will devra réaliser deux stages au sein de deux bureaux différents d’AXA (en ce qui le concerne, à Hong Kong et San Francisco) ainsi qu'une mission de bénévolat. Il partage ses expériences et son ressenti sur ce que « faire partie de la famille AXA » signifie.

Quelles sont vos impressions sur AXA en tant qu’entreprise ?

J’ai lu un article très intéressant dans le Financial Times, un entretien d’Henri De Castries, le PDG d’AXA. Il y expliquait de quelle manière nous devons adopter les technologies de rupture – car pour lui ce sont des opportunités et non des menaces – et comment nous risquons d’être dépassés si nous ne le faisons pas. Je partage ce point de vue à 100%. Il y a beaucoup d’opportunités dans le futur, qu’il s’agisse des voitures sans conducteur, du Blockchain et des Bitcoin... Nous pourrions entrer dans l’Internet des objets ou le Big Data.

J’effectuerai mon second stage au sein d’AXA Lab à San Francisco. Je suis vraiment impatient d’y être, de voir ces technologies de rupture faire leur entrée sur le marché et même dans le monde réel, avec un impact sur nous tous, et pas seulement du point de vue de l’assurance.

Outre la Great Global Adventure, qu’est-ce qu’AXA offre d’unique aux jeunes diplômés ?

C’est la première grande entreprise à mettre en place un prix comme la Great Global Adventure. Elle accueille vraiment la diversité des jeunes et a conscience que toutes les générations contribuent au développement du business d’une entreprise internationale.

Je pense qu’AXA reconnaît que les jeunes sont à la pointe pour ce qui concerne les nouvelles formes de communication et les technologies numériques. En discutant avec les membres du Comité Exécutif – j’ai eu le privilège de m’entretenir avec Bruno Guilloton, CEO d’AXA Investment Managers pour l’Asie, et avec Andrea Rossi, PDG mondial d’AXA Investment Managers, qui était alors en visite au bureau – j’ai réalisé que leurs trajectoires professionnelles était très similaires. Ils ont tous les deux débuté au sein du Groupe AXA, occupant des postes variés, dans plusieurs zones géographiques. Ils ont évolué au sein de nombreuses équipes dans le monde entier tout au long de leur carrière. Je me verrais bien suivre le même parcours.

Comment avez-vous vécu votre expérience de bénévolat ?

J’ai beaucoup aimé cette expérience. J’adore faire du bénévolat, en particulier auprès des jeunes parce qu'ils sont très créatifs et engagés. Mon séjour à Djakarta a été assez court, mais j’ai réussi à travailler avec plusieurs écoles ; l’enthousiasme des enfants était incroyable, je ne pouvais pas m’arrêter de sourire. Je suis vraiment content d’avoir pu aider et voir la créativité des enfants, et aussi d'avoir pu constater à quel point les enseignants de Prestasi Junior Indonesia sont impliqués dans l’avenir de ces enfants. Le travail acharné qu’ils fournissent est tellement inspirant.

Voyageur professionnel

Quel genre de défis affrontez-vous au quotidien ?

Je travaille presque tous les jours avec l'équipe basée à Paris et au Royaume-Uni, donc mon plus gros défi c'est le décalage horaire. Sinon, vivre avec un sac à dos de 45 litres pour 7 mois, avec une paire de chaussures et une paire de tongs, cela aussi peut être un défi. À vrai dire, c’est quelque chose de nouveau d’avoir cette approche minimaliste... Ça a été vraiment libérateur parce que vous voyez tout ce dont vous n'avez pas besoin et ce avec quoi vous pouvez survivre.

Qu’avez-vous d’autre dans votre sac à dos ?

Le ruban adhésif peut vous sauver la vie.

Quelle est l’expérience la plus amusante que vous ayez eu depuis le début de votre voyage ?

Alors ça c’est une question difficile. Je crois que j’ai vécu tellement de choses incroyables, uniques et amusantes : faire une randonnée sur la Grande Muraille de Chine, discuter avec un nomade mongol dans un camp de yourtes par -35 degrés à Oulan-Bator, être tiré par huit Huskies à travers la toundra enneigée de Sibérie. Toutes ces expériences ont été tellement hors du commun qu’il m’est vraiment difficile de choisir... Elles ont toutes comblé une partie de ma soif d’aventure à leur manière. Mais si je devais vraiment en choisir une particulièrement amusante, j’opterais soit pour la motoneige, parce que c’était très drôle et que ça va vraiment très vite, soit pour le traîneau tiré par les Huskies, parce que c'était incroyable.

Une ballade sur la Grande Muraille - Une rencontre avec une nomade mongole.
Le Lac Baikal - Les chiens de traineau sibériens

Et si vous pouviez changer quelque chose à votre aventure ?

Peut-être le nombre de vaccins que j’ai dû faire. (rires)

De quelle façon ce voyage change-t-il vos attentes et vos espoirs quant à vos perspectives de carrière et à votre avenir ?

Faire deux stages très différents au sein d’AXA, l’un dans la gestion d’investissements et l’autre dans la partie technologie, améliore sans aucun doute mon CV. En me renseignant sur AXA et sur ces deux compétences qui semblent très différentes, je réalise qu’elles se complètent. Il y a une grande synergie entre elles. Je veux aussi vraiment vivre à l’étranger et continuer de naviguer entre différents pays, découvrir de nouvelles langues et comprendre de nouvelles cultures.

Vous pouvez suivre Will ici dans sa Great Global Adventure, ou sur le blog DiscoverAXA et sa page Facebook.

AXA Great Global Adventure est un jeu en ligne ouvert aux étudiants et aux diplômés du monde entier. Au programme une série de défis amusants et captivants, et la possibilité de gagner une expérience personnalisée de travail/voyage/engagement communautaire d’une durée maximum de 12 mois. Elle comprend :

• Deux stages payés, d’une durée maximale de six semaines, dans deux entités d’AXA à l’international
• Une participation à un projet humanitaire mené avec l'un de nos partenaires en matière de responsabilité d’entreprise
• Jusqu’à 8 mois de voyages à l’international
• La prise en charge des frais de déplacements et de séjour

La deuxième édition est déjà ouverte sur www.greatglobaladventure.com. Lancez-vous !

Mots-clés: Innovation