Luigi Guiso CHAIRE AXA SUR LA FINANCE ET L'ASSURANCE DES MÉNAGES, EIEF, ITALIE

La nécessité du confinement et son impact sur les inégalités

Le monde est confronté à une crise mondiale sans précédent qui a demandé une réponse sans précédent. Les mesures de quarantaine mises en oeuvre par de nombreux pays ont des conséquences majeures sur nos moyens de subsistance, nos emplois et nos économies. TOUS LES ARTICLES  |  Covid-19
25 mai 2020

Un confinement pour éviter des dommages catastrophiques et durables

La pandémie de Covid-19 a entraîné un blocage économique rapide, brutal et coûteux. Trois statistiques racontent cette histoire : Aux États-Unis, 22 millions d'emplois ont été perdus en trois semaines, portant le chômage à des niveaux jamais vus depuis la Grande Dépression. En Chine, la contraction du PIB signalée pour le premier trimestre représente une baisse annualisée de 40 %, tandis qu'en Europe, la baisse attendue est entre 20 et 30 %.

Avant la pandémie, la Chine avait connu une croissance moyenne de 10 % par an depuis 1978, alors que le PIB de l'Europe a augmenté de 1,6 % en 2019. Cette récession économique majeure est sans aucun doute due au confinement et à son impact sur l'emploi dans tous les secteurs. Néanmoins, le confinement était nécessaire pour éviter des impacts encore plus catastrophiques et durables sur les vies humaines et les moyens de subsistance dans le monde entier. Comme le fait remarquer le professeur Guiso, "l'alternative de ne pas confiner aurait probablement été pire, en termes de décès et de ralentissement économique... l'économie aurait fini par se verrouiller de toute façon." Mais comme l'explique M. Guiso, les inégalités existantes sont exacerbées par le confinement, dont les effets sur les économies et les groupes socio-économiques peuvent être très différents.

La stabilité mondiale est également menacée par la pandémie alors que "la plupart des nations l'ignorent à l’heure actuelle car elles se concentrent sur leurs problèmes intérieurs", déclare le professeur Guiso, ajoutant qu'"à un certain moment, nos pays [devront] adopter une perspective plus globale".

Outre la distribution inégale des fournitures médicales vitales aujourd'hui, la compétition dans la recherche d'un vaccin pourrait conduire à l'instabilité mondiale et à une crise humanitaire demain. "Le vaccin sera très probablement découvert en premier en Europe, aux États-Unis ou en Chine", ce qui soulève des questions sur qui y aura accès, quand et à quel prix. Pour éviter d'amplifier les inégalités existantes et de menacer la stabilité mondiale, un plan est nécessaire "pour s'assurer que le vaccin est disponible là où il est le plus nécessaire" selon le professeur Guiso.

Bien que fondés sur des degrés divers de distanciation sociale, les pays ont réagi de diverses manières à la crise. L'histoire n'offre aucun exemple préalable d'un arrêt aussi soudain et dramatique de l'économie mondiale. Certains pays semblent mieux s'en sortir que d'autres, bien qu'il soit encore trop tôt pour tirer des conclusions définitives. "Les pays asiatiques ont connu l'expérience avec le SRAS. Ils disposaient déjà de l'infrastructure nécessaire pour gérer la propagation d'un virus et pouvaient réagir rapidement", observe M. Guiso. Les pays occidentaux n'avaient pas été confrontés à de tels événements dans l'histoire récente et ont donc été pris au dépourvu. Les exceptions peuvent être liées à des facteurs culturels spécifiques à certains pays ou régions. La Suède, par exemple, avec sa population relativement saine et sa longue tradition de civisme, a jusqu'à présent évité les graves perturbations économiques d'un confinement.

Une exacerbation des inégalités

Quelle que soit leur culture ou leur géographie, les populations à faibles revenus ont tendance à être plus exposées aux risques sanitaires et économiques. Elles occupent des emplois moins bien rémunérés qui les mettent en contact direct avec d'autres personnes ou subissent des licenciements car elles travaillent dans les secteurs les plus touchés par la crise et doivent compter sur l'aide du gouvernement, lorsque celle-ci existe. Les travailleurs indépendants sont confrontés à un défi similaire et, sans économies, "la seule façon de gérer la crise est d'accumuler des dettes ou de liquider leurs actifs s'ils en ont. Dans les deux cas, leur patrimoine s'épuise". Pour compliquer encore les choses, la valeur des actifs a chuté en raison d'une baisse de la demande. En outre, "les acheteurs de ces actifs sont des personnes qui n'ont pas besoin de liquidités, généralement parmi les plus riches. Ces personnes achètent aujourd'hui à bas prix et, lorsque la crise sera terminée, elles réaliseront des plus-values substantielles". En conséquence, la crise va encore aggraver les inégalités.

La classe moyenne est plus susceptible de posséder des biens immobiliers tels que des maisons ou de petites propriétés commerciales. Elle est touchée par la chute des prix des actifs car les locataires qui ont perdu leur emploi ne peuvent pas payer leur loyer ou doivent renégocier leur bail. Le professeur Guiso prédit que nous assisterons à une augmentation durable de l'inégalité des richesses : "Il faudra un certain temps avant que les segments de population à faibles et moyens revenus puissent reprendre et restaurer leurs actifs".

Les voies de la reprise

Le long chemin vers la reprise économique nécessiterait des tests massifs pour identifier ceux qui peuvent reprendre le travail et ceux qui doivent s'isoler. Cela est actuellement impossible en raison du manque d'outils fiables disponibles à grande échelle. D'ici là, la solution consiste à poursuivre la distanciation sociale, en particulier sur le lieu de travail, et à rouvrir progressivement le marché du travail. Le professeur Guiso a développé un modèle qui aide à définir quelles industries devraient rouvrir en premier en utilisant les données disponibles et émergentes pour concevoir un plan de réouverture progressive qui pourra être révisé si la propagation virale augmente. Bien que la situation soit incertaine et complexe, le professeur Guiso pense qu'elle produira quelques résultats positifs et une transformation des processus de production.  La crise pourrait également hâter la fin de notre réticence résiduelle à adopter "les technologies numériques, qui sont des outils économiques bon marché, adaptatifs et rapides."

Marie Bogataj
Directeur AXA Research Fund & Foresight

En réponse à une crise sanitaire mondiale sans précédent, le Fonds AXA pour la Recherche a créé un groupe de travail Covid-19 composé de 9 éminents chercheurs afin de fournir des informations pour éclairer la prise de décision et proposer des solutions viables pour atténuer les effets de la crise. Les scientifiques de la Task Force ont partagé leur expertise dans des domaines clés tels que la géopolitique, l'économie, les systèmes de santé et l'épidémiologie, lors d'un webinaire de la série Expert.

En savoir plus sur Luigi Guiso.

Mots-clés: Covid-19